Le BIO comment on en est arrivé là ?

Le BIO comment on en est arrivé là ?

Le sac coton bio fait aujourd'hui partie de notre quotidien, on le voit partout. De même, Il ne cesse de prendre des parts de marchés chaque année mais depuis quand connaît-il ce succès et pourquoi ? Finira t-il par devenir dominant par rapport aux produits plus traditionnels ?

 

Origine de l'appellation

 

Même si l'Allemagne, la Suisse, l'Angleterre et l'Autriche ont été les précurseurs de la culture biologique dans les années 1920, elle fit son apparition dans les années 1950. L'intensification de la production de masse dans cette même période, ont amené le développement de l'utilisation de pesticides et de d'autres procédés afin de produire plus et plus vite. Ces pratiques vont modifier notre manière de consommer et engendreront des problèmes sur notre santé et sur le plan environnemental. Au début des années 1960, la France devient le pays pionnier dans l'application officielle de l'agriculture BIO avec la création d'organismes spécialisés (tel que l'AFAB: Association française de l'agriculture biologique en 1961 ou l'association Nature et Progrès en 1964). Cependant, la consommation de masse augmente chaque année. Il devient toujours plus facile de se procurer des pesticides. Le problème est que pour certains dénoncent des risques importants pour la santé et des conséquences environnementales très néfastes. Cela sera le cas, par exemple, du DDT (découvert cancérigène dans les années 1960 mais interdit que dans les années 1970) ou pire encore, du chloredécone, interdit des décennies après la découverte de sa persistance dans l'environnement en 1970 par les Etats-Unis qui l'interdira en 1975 en raison de personnes intoxiquées. La France, elle, le fera commercialiser entre 1972 et 1993 surtout dans les Antilles française qui aujourd'hui possède le plus fort taux de cancer de la prostate au monde. Il le sera aussi en France métropolitaine sous le nom de Curlone en 1981et sa disparition totale dans les sols est estimée à 600 ans. Ce cas ne fut qu'un cas parmi de nombreux scandales qui ont amenés la France à légitimer la certification BIO en 1981. Elle répondra à un cahier des charges national. En 1991, ce sera l'Europe qui adoptera le premier règlement européen concernant la culture végétale BIO. Cela dit, nous l'avons bien compris la production de masse a influé sur une consommation de masse. La France à ce jour est le premier consommateur de pesticide en Europe et le troisième mondial, continuant à en utiliser d'autres tout autant controversés. Durant ce siècle passé et jusqu'à ce jour, le monde subit les conséquences de la mondialisation où le profit passe avant la santé publique mais les consciences évoluent et bien qu'elle ne fasse que commencer, beaucoup agissent déjà.

 

La prise de conscience

Nous avons pu constater que l'agriculture de masse pouvait avoir des conséquences sur l'environnement comme sur l'alimentation. Cependant, le marché du textile, le deuxième marché le plus polluant au monde a connu plus de problèmes de type sociétal. Le travail des enfants fit énormément polémique jusqu'à l'arrivée du DMF (diméthyl fumarate) en 2008 qui a secoué le secteur de l'habillement et de l'ameublement. Il s'agit d'un fongicide à diffusion volatile et extrêmement allergisant ayant provoqué de nombreuses lésions plus ou moins graves, en France. Cet événement s'est produit, malgré le fait qu'une réglementation européenne appelée reach ait vu le jour en 2006. Par des tests obligatoires, il tente à prémunir les pays de l'Union de ce type de problème. Ce fut certainement le cas de trop qui a accentué la prise de conscience générale des consommateurs.  Le consommateur devient très inquiet et tous les acteurs du secteur s'adaptent pour les rassurer. En 2015, l'interdiction du sac plastique aux conséquences désastreuses pour l'environnement, autant sur la faune que sur la flore aquatique et notre propre santé, fait partie des mesures phares. Le fait que l'information se diffuse aujourd'hui aussi vite, fait que tout peut se savoir facilement. Le consommateur devient averti et désire vivre dans un monde plus transparent. Il n'a pas hésité à remplacer le sac plastique par le sac coton réutilisable avec le succès immense du tote bag coton. Le marché du coton BIO lui, explose en 2005 et ne cesse de monter avec une croissance, en moyenne, de 20% par an. Certains producteurs estiment même qu'il serait plus facile de produire à 100% en coton BIO naturel. En effet, cela s'explique par le fait qu'il correspond encore mieux au désir du consommateur, avec une traçabilité qui confirme la non-utilisation de produits chimiques. Alors même que, dans les années 1990, le marché du textile coton Bio avait du mal à se développer par manque d'infrastructure et de demande. Les consommateurs savent maintenant que pour une vie meilleure, il leur faut devenir des acteurs du changement. Dans un premier temps, ils veulent tout savoir sur ce qu'ils portent car longtemps, ils ont ignoré que de très jeunes enfants pauvres auraient pu être mal traités pour fabriquer ce qu'ils portent. Le marché, les organisations et les gouvernements agissent en conséquence.

L'évolution du BIO vers le BIO "éthique"

Les mentalités évoluent vers le bon sens, essayant de rattraper les déviances du passé qui ont conduites à bien des catastrophes. Aujourd'hui nous ne voulons plus être les complices de la maltraitance d'enfants ou autres. Pour cette raison, des lois comme la loi "devoir de vigilance" adopté en 2017 et rectifiée en 2018 suite au drame du Rana Plaza. Elle contraint les grands groupes, en France à s'assurer que tous les droits sociétaux et environnementaux soient respectés. La filière BIO va plus loin afin de rassurer le consommateur avec des labels encore plus pointilleux. Le label BIO s'élargit à travers le monde avec leurs propres spécificités voient. Parmi celle-ci on peut compter sur la marque internationale OEKO TEX créé dans les années 1992 en Allemagne et qui évoluent selon les attentes des consommateurs. D'autres plus récentes, comme le GOTS créé en 2009 vont encore plus loin. Il certifie le respect de tous les acteurs qui mènent jusqu'au produits fini : de la culture du coton BIO avec le respect des agriculteurs, quelque soit le pays, passant aussi par la fabrication d'un tote bag coton BIO, par exemple. Chaque étape de la fabrication étant également contrôlée. De même, des entreprises et associations s'organisent afin de reconstruire plus sainement la planète. Ce qui est encore plus beau pour certaines, c'est qu'elles impliquent aussi les autres. Par exemple, l'entreprise Reforest'action a permis de replanter près de 3 millions d'arbres en France et à travers le monde, grâce à des contributions de petites comme de grandes entreprises. Cela porte à imaginer l'amélioration sur la diffusion de l'oxygène dans l'air mais aussi des impacts positifs sur la biodiversité et nous-mêmes.

 

En effet, certains pensent que nos déviances suite à une consommation auraient engendré des conséquences désastreuses et irréversibles sur la planète et pour nous-mêmes. En revanche, d'autres veulent y croire et agissent. Certains scientifiques commencent également à parler d'amélioration de la couche d'ozone. Un rapport de l'ONU remis suite à une étude de 300 scientifiques en 2014 voit une amélioration de la couche d'ozone, à une certaine altitude. Ainsi, cela porte à croire qu'en continuant à faire évoluer notre manière d'agir, peut-être que demain sera meilleur qu'hier. De même, comme dit l'adage "là où il y a de la volonté, il y a un chemin"... alors croyons et agissons !

 

 

 

 

Sources :
http://www.lefigaro.fr/conso/2016/02/08/05007-20160208ARTFIG00232-la-viande-un-produit-au-coeur-de-plusieurs-scandales-alimentaires-dans-le-monde.php
https://www.produire-bio.fr/cest-quoi-la-bio/histoire-de-la-bio/
https://blogs.mediapart.fr/edition/la-mort-est-dans-le-pre/article/211015/les-degats-environnementaux-de-lagriculture-intensive
https://www.observatoiredelafranchise.fr/dossier-franchise/le-bio-un-marche-porteur-sur-lequel-il-faut-investir-1604.htm
https://www.la-croix.com/Sciences-et-ethique/Environnement/saga-noire-chlordecone-1952-jours-2018-09-27-1200972041